LES SOINS

Les moments de change: Je préviens toujours l’enfant avant de le changer. Je ne l’interromps jamais brutalement dans son activité. Il arrive une période où l’enfant ne veut plus être changé. Je  lui explique alors qu’il a fait « caca », que cela ne sent pas très bon, et que je pense qu’il sera mieux avec une couche propre, que ce sera plus agréable pour lui.

Le moment de change reste un moment privilégié avec l’enfant. C’est l’occasion de parler, d’échanger avec l’enfant, de susciter le dialogue. Lorsqu’ils sont plus petits, c’est l’occasion de découvrir les objets, d’expliquer ce que je fais, de les faire participer en apprenant à dévisser et revisser le bouchon du tube de crème, en dépliant les couches…

Une fois couché, je demande à l’enfant de rester couché sur le dos et de ne pas trop bouger. Je lui explique que s’il bouge trop, il risque de me faire mal avec ses pieds, et en plus, c’est très difficile pour moi de le changer dans ces conditions. Certains enfants sont très réceptifs, et mes explications leur suffisent. D’autres ont beaucoup plus d’énergie, et ont des difficultés à être bloqués dans leur désir de bouger. Je m’impose alors et je me fâche.

Il y a aussi les moments particuliers comme le sérum physiologique dans le nez, le mouche bébé, et plus tard, se moucher seul. Petit à petit, j’essaie que l’enfant soit actif, en lui ayant expliqué depuis qu’il est nourrisson ce que je suis en train de le faire et pourquoi je le fais.

Pour l’apprentissage de la propreté, il y a un moment où l’enfant réalise lorsqu’il fait « pipi » ou « caca ». Je m’en rends compte parce que l’enfant l’annonce ou alors, il s’arrête de jouer, reste immobile et se concentre sur ce qui est en train de faire. Je propose alors à l’enfant d’aller sur le pot ou sur la toilette. Il y a toujours un moment où il finit par être intéressé par la nouvelle expérience. Je ne fais jamais aucune pression pour inciter un enfant à aller sur le pot. Je ne force jamais un enfant. Je pars du principe que l’enfant manifestera l’envie d’aller sur le pot lorsqu’il se sentira prêt. Et je lui fais entièrement confiance, je respecte son rythme personnel. Bien souvent, du jour au lendemain, l’enfant décide qu’il ne veut plus de couche et qu’il veut aller sur la toilette ou sur le pot.

Le doudou