RELATION AUX AUTRES

Dès le début, j’essaye de faire sentir, de faire comprendre aux nourrissons qu’il y a d’autres bébés qui ont également des besoins, des peurs, des envies. Ils apprennent par eux-mêmes en étant tous sur le tapis de jeu, en se touchant, en s’observant, plus tard en partageant des jouets (tendre la main pour donner et reprendre ensuite). Ils apprennent à travers moi lorsque je leur demande d’attendre parce que je m’occupe d’un autre enfant.

Plus tard, lorsqu’ils commencent à se déplacer, j’essaye de leur faire prendre conscience de l’autre, lorsqu’ils s’assoient ou grimpent sur le copain pour obtenir le jouet convoité, ou pour arriver à la destination voulue. Si l’autre pleure par sa faute parce qu’il a eu peur, ou parce qu’il a eu mal, je lui explique. Je leur apprends à donner à l’autre un petit geste de « réparation », un petit geste de tendresse.

Plus tard viennent les interdits: Pas taper, pas mordre, pas arracher les jouets des mains des copains. Le respect du matériel: Pas marcher sur les jouets, pas les jeter par terre, être soigneux et délicat avec les livres…

Apprendre à partager mais pas d’emblée. Lorsque l’enfant a profité du jeu suffisamment longtemps que pour pouvoir partager ensuite. Petit à petit, apprendre à essayer de sentir ce que l’autre ressent, et alors, trouver une solution positive, un compromis. Au lieu d’arracher le jouet des mains du copain, lui demander gentiment, attendre que le copain le donne, et remercier .Apprendre à accepter que l’autre n’ait pas envie de partager pour le moment. Apprendre à communiquer et à parler gentiment. Apprendre la bienveillance et l’empathie.

L’EMPATHIE, le maître mot. L’empathie reste une priorité et un souci quotidien. Je ne peux pas concevoir d’exercer mon métier sans donner une priorité absolue à L’EMPATHIE !!!!