DÉBUT ET FIN DE JOURNÉE.

La journée commence avec l’arrivée des premiers enfants. En se disant tous bonjour et en se donnant un bisou. Moment important pour les enfants. Les enfants déjà présents réclament toujours leur bisou du petit copain qui vient d’arriver. Les parents posent leur sac de repas à la cuisine et trient ce qui doit aller au réfrigérateur. Ils aident leur enfant à retirer leur manteau et chaussures, et à mettre leurs pantoufles. Chaque parent à sa façon de dire au revoir à son enfant. Certains rentrent dans “la pièce enfant” quelques minutes, d’autres disent au revoir devant la barrière  et laisse l’enfant rentrer seul dans la pièce, pour d’autres, l’enfant passe des bras du parent à mes bras.

J’explique alors à l’enfant que papa et maman vont travailler, et je leur dis qui viendra le chercher ce soir. Je décris aussi le déroulement de ce qui va se passer dans l’instant à venir. Petit à petit, lorsque l’enfant grandit, il pose de plus en plus de questions sur ce que font leurs parents, où vont-ils? Je leur réponds quelques fois, puis, je retourne les questions presque systématiquement.  Ils répondent alors eux- mêmes à leurs propres questions: Maman elle est où?… Maman va travailler, à Bruxelles, en train ! Puis, l’enfant me demande de lui raconter le déroulement de la journée jusqu’au retour du parent. Ce que je fais: On va jouer un peu avec les copains, puis, on dessinera, puis on mangera, ensuite tu iras faire la sieste, on goûtera, on jouera encore un peu, puis papa ou maman arrivera pour venir te chercher.

La préparation de la fin de journée commence souvent après le goûter. Je préviens que la journée se termine doucement, que l’on va jouer encore un peu mais que les parents vont bientôt arriver. Dans la mesure du possible, j’essaie de savoir le plus précisément l’heure à laquelle les parents vont arriver. Un quart d’heure avant, j’annonce aux enfants que l’on va s’arrêter de jouer, on va ranger un peu, puis, on va aller mettre ses chaussures et son manteau. Lorsque le départ est préparé de la sorte, il se passe toujours très bien. Lorsque le parent arrive, l’enfant est prêt. Il me dit: “Au revoir et à demain!”, et me donne un bisou. Souvent, il n’a pas très envie que le parent et moi parlions trop longtemps.

DÉPART

La préparation du passage du milieu d’accueil à l’école se fait dès le début et de façon de plus en plus présente vers la fin de la période d’accueil. On parle de l’école dans les histoires, dans  le quotidien, avec le départ des grands frères et sœurs, avec le départ et les arrivées de mes propres enfants, et, avec les départs réguliers des enfants accueillis ayant l’âge d’aller à l’école.

Je fais part aux parents de l’importance de préparer le départ et l’arrivée à l’école. Je les informe sur le fait que ce serait plus facile pour l’enfant si, avant l’entrée définitive de l’enfant à l’école, il avait pu rendre visite à sa nouvelle maîtresse et à son nouveau cadre de vie. Comme cela reste un événement stressant pour l’enfant, j’évite d’insister lourdement et trop longtemps à l’avance.

TEMPS LIBRES

Sur le sol, il y a un grand tapis de jeu. Le bébé est installé dessus en position couché. Il évolue dans l’espace librement, et part à son rythme à la découverte de la pièce. Les jeux adaptés à leur âge sont accessibles. Lorsqu’ils commencent à se déplacer, ils ont accès aux jeux se trouvant sur les étagères mis à une hauteur adaptée, selon leur âge. Les jouets qui sont mis à leur disposition, sont des jouets assez simples, pouvant avoir plusieurs utilités. Mon souci étant que les enfants puissent avoir libre court à leur imagination,  qu’ils puissent développer leur créativité, l’esprit d’initiative, encourager leur envie d’expériences nouvelles.

Ce qui est important pour moi, c’est de les suivre dans leur jeu, de les accompagner et non pas de les précéder. La journée commence sans avoir de programme établi, en dehors des moments incontournables, comme les repas et la sieste. J’adapte la journée en fonction des enfants, de leur état de fatigue, de leur énergie, de leurs souhaits, du climat extérieur…Je n’impose jamais une activité. Les activités possibles sont: jouer dans la cours avec du sable et de l’eau si le temps le permet, aller se promener, aller à la bibliothèque, peindre, dessiner, faire du collage, de la plasticine, puzzle, danse, chant, musique, déguisement, lecture…

Toutes ces activités prennent forme à partir de l’enfant, en fonction de ce qu’il aime et de ce qu’il sait faire. Si c’est un jour où l’enfant tourne en rond sans arriver à se poser sur un jeu, c’est un jour que je pourrais choisir pour proposer une activité comme dessiner, faire de la peinture ou de la plasticine. L’enfant ne sera jamais obligé d’y jouer un temps établi. Il peut interrompre l’activité quand il le souhaite. Il apprendra juste de nouvelles règles telles que: Ne pas mettre en bouche, ne pas jeter par terre, rester à table si il veut continuer l’activité, ne pas se promener partout avec feutre ou plasticine…Une fois l’activité découverte, l’enfant aura alors l’opportunité de demander pour y jouer, les jours suivants.

Lorsqu’un enfant demande pour aller dans les bras, je ne lui refuse jamais, si ce n’est lorsque je suis dans l’incapacité de le faire. Si deux enfants demandent en même temps, c’est le premier qui aura demandé que je prendrai dans les bras, puis viendra le tour de l’autre. Si c’est totalement impératif pour deux enfants en même temps, je m’assois, et j’en prends un sur chaque genou. Si tout le groupe a envie d’être proche de moi, comme c’est souvent le cas le matin, on s’installe tous sur le fauteuil et on lit des histoires. Bien souvent, les enfants se collent les uns contre les autres et se donnent des signes de tendresse. Le moment lecture s’arrête lorsqu’ils le décident. C’est un moment qui peut être très long, et qui reste très présent tout au long de la période d’accueil. Rares sont les jours où les enfants ne le réclament pas.

REPAS

Lorsque l’enfant est encore un nourrisson, je demande toujours aux parents d’avoir de quoi faire des biberons supplémentaires, en dehors de ceux qu’ils avaient prévus. Il est très important pour moi de pouvoir donner un biberon au bébé si je sens que c’est la chose dont il a besoin, aussi bien pour se rassurer, que pour calmer sa faim. Il est important que les parents me fassent confiance. Mon objectif étant bien, tout comme eux, d’arriver petit à petit à faire correspondre les heures de téter de bébé, aux heures de repas habituelles.

Les parents apportent les repas. Je ne prends aucune initiative sans l’accord des parents, sur ce que je donne à manger aux enfants. Je ne donnerai jamais du pain à un enfant qui n’a encore jamais mangé de pain, sauf si les parents me le demandent. Je ne donnerai jamais le premier repas à la cuillère, sauf si les parents me le demandent également. Les parents apportent les repas. Les enfants ont chacun leurs rythmes et leurs habitudes alimentaires. J’établis juste quelques règles: l’enfant mange seul à la cuillère lorsqu’il a le souci de manger proprement, il passe de la chaise haute à la petite table et au tabouret lorsqu’il le demande, et lorsqu’il arrive à rester à table jusqu’à  ce qu’il ait terminé de manger. Dès le début, ils apprennent à demander s’ils peuvent quitter la table, et à attendre la réponse positive avant de le faire.

Je ne force jamais un enfant à manger, même si c’est le souhait des parents. L’enfant peut quitter la table lorsqu’il ne veut plus manger. Il devra attendre le prochain repas pour manger. Certains enfants ont grand plaisir à manger seul, et veulent absolument manger seuls. D’autres aiment qu’on les aide à manger. Je tiens toujours compte de leur souhait, en ne les forçant ni dans  un sens, ni dans l’autre.

SIESTE

Les siestes sont adaptées au besoin de l’enfant, respectant le rythme de chacun. PA040012

Ils dorment tous dans la même chambre. Mon souci étant que l’enfant ait plaisir à retrouver son lit et à aller dormir. Il est toujours accompagné d’un petit rituel propre à chacun.

 

 

 

 

 

Les soins